Thierry Richard, portrait d’un romantique voluptueux

Comme il existe un mythe de la parisienne, il existe aussi le mythe du parisien, un peu dandy, à l’esprit vif voire moqueur, volage, exigeant surtout, qui dirait comme Oscar Wilde : « J’ai les goûts les plus simples du monde. Je me contente du meilleur ! ».thierryrichard Thierry Richard, portrait d’un romantique voluptueux

Ce parisien, on retrouve son portrait-robot dans un très beau guide, Paris pour les hommes, paru l’année dernière aux éditions du Chêne, où Thierry Richard nous livrait déjà son carnet d’adresses secrètes :

Thierry Richard Paris pour les hommes Thierry Richard, portrait d’un romantique voluptueux

Un nouveau guide vient de le compléter, le Paris de tous les plaisirs. Tous les plaisirs comme déguster un Saint-Honoré de la Pâtisserie des rêves, assister à une revue au Paradis latin, se faire masser dans un salon thaï, offrir de la lingerie fine… ou encore, attendre une femme au restaurant et la regarder s’approcher.paris de tous les plaisirs Thierry Richard, portrait d’un romantique voluptueux

On sent, à travers ces pages, l’épicurien amoureux que nous avons eu envie de rencontrer pour qu’il nous livre sa vision du romantisme :

Qu’est-ce que le romantisme pour vous ?

Vaste question, tant la vision du romantisme et de l’attitude romantique est chose personnelle. Pour moi, elle se résumerait peut-être dans le fait ne pas avoir peur de ses sentiments, de savoir s’abandonner à la passion… pas vraiment être dans l’introspection, l’autoanalyse permanente comme les héros romantiques du XIXe siècle, mais au contraire être dans le souci de l’autre, toujours se demander ce qui lui ferait plaisir, ce qu’il ou elle attend.

Je crois en outre qu’il faut faire attention à ne pas trop désincarner le romantisme, en avoir une vision purement sentimentale, et en oublier la dimension charnelle… d’ailleurs, quand on prend la correspondance de deux grands romantiques comme George Sand et Musset, on voit qu’ils pouvaient être très coquins… Il faudrait débarrasser le romantisme de ses oripeaux moraux, dépasser le côté moral, pesant, lié à l’exclusivité obligatoire de la relation : on peut aussi être romantique en dehors du couple établi.

Qu’avez-vous fait ou vécu de plus romantique ?

Les actes les plus romantiques ne sont pas forcément les plus spectaculaires… bien sûr, j’ai déjà traversé toute la France pour une femme, mais j’ai aussi le souvenir d’un premier dîner tout simple dans une petite chambre, où tout était beau, magique, avec plein de petites attentions, et pourtant fait avec très peu de moyens…

Dans un autre registre, pour l’anniversaire de ma bien-aimée, j’ai récupéré en cachette les numéros de téléphone de ses amis et je les ai appelés pour leur demander d’enregistrer chacun un petit message vidéo… J’ai ensuite réalisé le montage de tous ces témoignages, façon « zapping » de Canal, ce qui m’a pris beaucoup de temps car je devais le faire la nuit, pour qu’elle ne se doute de rien… enfin je l’ai projeté le jour J devant tous les invités, elle était extrêmement émue, d’autant qu’il y avait des messages d’amis qui vivaient à l’étranger et n’avaient pas pu venir, ou qu’elle n’avait pas vus depuis longtemps.

Autre exemple, le genre de choses qu’on ne fait pas tous les jours, mais ce que j’adore, c’est l’invitation sous forme de « jeu de piste » : elle trouve une enveloppe qu’elle doit ouvrir à une heure précise,  qui lui demande de descendre prendre un taxi qui l’attend déjà, lequel taxi l’emmène vers une destination mystérieuse…

Même si on peut en trouver dans vos guides, pouvez-vous nous dire quelle sont vos adresses romantiques de prédilection pour un premier rendez-vous?

Tout dépend pour quelle femme et pour quoi faire ! Pour un premier rendez-vous avec une femme un peu précieuse, qui n’a pas peur du côté « à l’ancienne », je dirais le bar de Lapérouse. J’aime son côté mi-boudoir mi-bordel Napoléon III.

Pour une femme plus sophistiquée, le bar du Royal Monceau (celui à droite en entrant), si chic et contemporain.

Pour un côté plus moderne ou « arty », le Bal Café, derrière la place de Clichy, qui jouxte un lieu proposant des expositions photographiques toujours de grande qualité.

Tout dépend également de l’heure à laquelle vous avez rendez-vous : la Candeleria (bar à cocktails à américano-mexicain) est très bien pour un tête à tête à 19h, à 21h c’est une autre ambiance, déjà moins intime…

Parmi les nouveaux bars remarquables, je conseillerais le Coq ou le Glass, en version afterwork.

Enfin, pour conclure, et comme il y a beaucoup de références littéraires dans vos guides, dites-nous quel est votre roman d’amour préféré…

Là encore, la question est difficile, mais celui qui me vient immédiatement à l’esprit, ce sont les Liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos, à la fois pour son titre (l’amour, sachez-le est dangereux), son climat de préciosité XVIIIème et la langue qui va avec et surtout cette démonstration magistrale que l’amour finit toujours par se jouer des intrigues et autres stratégies de séduction. Une leçon toujours valable aujourd’hui !

 Thierry Richard, portrait d’un romantique voluptueux
 Thierry Richard, portrait d’un romantique voluptueux Thierry Richard, portrait d’un romantique voluptueux

Autres articles à lire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Why ask?